Une structure qui monte, qui monte! (6ème)

1ère étape: Une construction qui monte haut, très haut! réalisée avec les matériaux de récupération qui sont à ta disposition (papiers, cartons, ficelle, bouchons, pots de yaourts, bois, etc.).


2ème étape: Une photo de cette construction de manière à la rendre DIFFéRENTE en jouant sur le point de vue.

 

Quelques points de vue qui peuvent t’aider pour réaliser ta photo:

Vue en contre-plongée vue horizontale vue en plongée vue décadrée

 

Patrick Tosani, un point de vue qui modifie l’aspect du sujet.

Patrick TOSANI, Série des Masques, 1998-99

Patrick Tosani travaille la notion d’échelle, le cadrage et le point de vue dans ses photographies:

Ces photographies ont été réalisées à partir de pantalons rigidifiés, que l’artiste a pris en photo d’un point de vue inhabituel (une vue en plongée). Cela déstabilise le spectateur, qui n’a plus l’impression de voir des pantalons, mais des masques.

vue d’exposition
Le même procédé, cette fois ci en photographiant des têtes vue de dessus (en plongée)

L’espace et l’architecture transformés par la photographie

François KOLLAR (1904-1979), La Tour Eiffel, vers 1930, tirage gélatine-argentique d‘époque, Paris, Centre Pompidou, MNAM/CCI.

Ici la contre-plongée donne l’impression d’un édifice gigantesque. Le haut de la Tour Eiffel semble disparaitre très loin dans le ciel.

 

Laszlo MOHOLY-NAGY (1895-1946), Vue de Berlin depuis la tour de la radio, 1928, épreuve gélatino-argentique, 24,5 × 18,9 cm, Paris, Centre Pompidou

La plongée aplatit l’espace. On a l’impression de voir un dessin.

Laisser un commentaire