Photo ratée mais fauto artistique (+travaux d’élèves)

« Mince j’ai raté ma photo! »
Mais qu’est ce qu’une photo réussie? On dit généralement qu’une belle photo est une photo bien cadrée, bien équilibrée, d’une netteté parfaite et parfaitement organisée.
La qualité artistique d’une photo repose cependant sur un questionnement qui ne se limite pas à la technique: que peut-elle nous faire ressentir? Que peut-elle nous donner à voir sur la manière dont vous percevez le monde?

Ce qui est à réaliser: la plus réussie des photos ratées!

Comment réussir ma photo?
Les « erreurs » photographiques deviennent des « effets » photographiques.

Il est possible de faire appel à des notions et des opérations déjà vues en arts plastiques. Une photo peut alors être:

  • floue (flou de bougé: appareil qui tombe, sujet qui se déplace trop vite, flou provenant d’un filtre extérieur…)
  • « mal cadré » = décadrée (hors-cadre, hors-champs…)
  • déséquilibrée, inclinée
  • trop sombre (sous-exposition, contre jour, peu de lumière…)
  • trop claire (sur-exposition…)
  • un sujet aléatoire ou mal choisi (photo prise au hasard sans même viser)
  • occultée (quelque chose vient se mettre devant le sujet)
  • déformée (usage de filtres en tout genre…)
  • produite par le hasard
  • produite par erreur
Retrouvez tout en bas de la page la galerie des travaux d’élèves ou cliquez ici.

Quelques œuvres d’artistes qui par leur cadrage ou la manière de prendre la photo produisent un rendu qui interpelle le regard du spectateur:

Lee Friedlander, New_York_City, 1966

L’ombre du photographe est projetée sur le sujet

Alexandre Rodtchenko, jeune fille au Léïca, 1934

Une photo avec un cadrage inclinée, prise « de travers »

Anna + Bernhard Blume, Kitchen Frenzy, 1986

Flou de bougé déformant le sujet

Martin Parr, think of england, 2000

Mise au point « ratée »? Le sujet au premier plan est flou, notre regard ne sait plus quel est le sujet principal de la photo.

Jacques Henri Lartigue, course à Dieppe,1912

Cette photo de Jacques Henri Lartique est universellement connue. Prise en 1913, elle ne satisfaisait pas son auteur à plusieurs titres : selon les règles de l’orthodoxie photographique alors en vigueur, l’image était trois fois ratée, car floue, décadrée et déformée.
En réalité, même s’il n’a pas eu dans son champ la voiture entière, Lartigue a suivi le mouvement de celle-ci avec pour conséquence un arrière plan flou… (source école supérieure d’art d’Aix)

Robert Franck, Parade, Hoboken, New Jersey, 1955

Les sujets sont occultés par des éléments du décor: l’ombre sur un visage et le drapeau sur l’autre personne. Que reste-t-il à voir?

Nicéphore Niépce (1827). Vue de la fenêtre du domaine du Gras. Il s’agit de la première photographie.

La première photographie ne pouvait techniquement pas produire une photo nette. Cette photo comporte un grain qui dissous le sujet dans un ensemble noir et blanc diffus.

La photographie subjective

Minor White, Utah, 1961
Aaron Siskind, Rome 25, (1967)

Très forts contrastes et prédominance de l’effet et de la matière qui confère à ces photos un aspect pictural.

A vous de jouer!

Je posterai au fur et à mesure les travaux que vous m’enverrez:

Laisser un commentaire