Mes mains deviennent le sujet de l’œuvre (4ème)

Vous réaliserez une photo (ou une vidéo) qui prendra comme sujet principal, vos mains!

Quelques questionnements pour t’aider: J’observe ma/mes main(s).
Quelle nouvelle forme vais je donner à mes mains?
– Quel sens ou idée mes mains peuvent elles véhiculer?
– Seront elles un sujet à dessiner? Deviendront elles un support à part entière? Un moyen? Vont elles raconter quelque chose?…
– Vais-je utiliser des outils comme des crayons, des feutres, de la peinture? Vais je travailler avec la lumière, le point de vue, l’environnement qu’il y a autour?
Donne à voir tes mains d’une façon totalement originale quitte à transformer complétement leur apparence.

La main photographiée, filmée

Julien Prévieux (les gestes de l’avenir)

Julien Prévieux, Installation vidéo, 3’54 », 2006-2011
Rétroprojecteur, écran LCD transparent, disque dur

Ce film d’animation se présente comme une « archive des gestes à venir ».  Le fonctionnement de ces machines (organiseurs électroniques, ordinateurs portables, consoles de jeux…) nécessite des actions qui sont spécifiées et brevetées alors même que l’objet n’existe pas encore.  Il imagine un enchaînement de figures (…) « à la manière d’une chorégraphie ».

http://www.previeux.net/fr/videos_WSWDNSeq1.html

Jeux de mains. Monique Jacot, 1991. Photographie noir et blanc. Coll. Fondation Claude Verdan © Musée de la main UNIL-CHUV
Gilberte, la main de ma voisine. Peter Knapp, 1978. Témoignage du travail d’une paysanne venant de ramasser des noix.
Giuseppe Penone, Guanto, 1972

https://www.museedelamain.ch/fr/104/le-musee#190

Daniel Canogar, fond d’écran numérique, tapisserie
Daniel Canogar, fond d’écran numérique, tapisserie (vue d’expo)

Dans ce papier peint, des mains remplissent les murs de la galerie. La multiplication virale de l’image « numérique » crée chez le spectateur comme un malaise..

IGOUT-Jean Louis.-Jeux-de-mains.-Etude-pour-artiste-1875

La main représentée, dessinée / sculptée

Laisser un trace, une empreinte

– OROZCO Gabriel (né en 1962), My Hands Are My Heart, 1991,
deux épreuves argentiques à blanchiment de colorants, 23,2×31,8 cm chacune, édition de 5.
L’artiste comprime et moule un bloc d’argile rouge, devant sa poitrine nue, exposant ensuite le résultat qui forme un cœur marqué des empreintes des doigts.

Pour aller plus loin: https://artplastoc.blogspot.com/2015/06/377-loeuvre-de-gabriel-orozco-artiste.html

Vassily Kandinsky, Empreinte des mains de l’artiste (25 mai 1926)
Art pariétal, Mains négatives, grotte del Castillo

Giuseppe Penone. Laisser faire le temps.

Giuseppe Penone a réalisé cette sculpture en bronze représentant une main puis l’a fixée à un arbre. La croissance de l’arbre continuant, l’écorce évolue en recouvrant partiellement la main comme si celle ci venait presser le tronc.

Auguste Rodin – La Cathédrale, 1908 © Musée Rodin (photo Christian Baraja)
la main milogoj dominko 1984 eau forte

Les études de mains et les planches anatomiques de Léonard De Vinci.

J’ai voulu passionnément connaitre et comprendre la nature humaine, savoir ce qu’il y avait à l’intérieur de nos corps. Pour cela, des nuits entières, j’ai disséqué des cadavres, bravant ainsi l’interdiction du pape. Rien ne me rebutait. Tout, pour moi, était sujet d’étude. La lumière, par exemple, pour le peintre que j’étais.

Léonard de Vinci, Carnets, XVIᵉ siècle.

En plus d’être un grand artiste Léonard De Vinci fut un scientifique qui apporta beaucoup à la science. Pour lui, les deux activité n’étaient d’ailleurs pas détachées l’une de l’autre. Ses études anatomiques furent les premières à étudier avec ce tel souci de détail le corps humain. Il s’en servait non seulement pour des questions de connaissances générales, mais aussi pour mieux comprendre, voir et peindre le corps humain dans ses tableaux. La recherche de la vérité était ce qui conduisait son action. Il participera à la naissance du culte de l’artiste et de l’individu-artiste tel que nos sociétés modernes aiment le dépeindre. Il aidera enfin la médecine à faire évoluer son approche de la discipline en n’hésitant pas à s’approcher, puis ouvrir les corps pour les étudier.

Les visual vernacular

Les visual vernacular sont un mode d’expression artistique né des communautés sourdes utilisant la langue des signes. A mi chemin entre la langue des signes, le mime, la danse, ce nouvel art se veut art universel et transculturel.

La main comme support

Main de chiromancie. Radjastan, 19e s. Gouache sur papier. Coll. Fondation Claude Verdan © Jacques Dominique Rouiller
Annette Messager, Mains (diptyque) – série Mes trophées – 1987, Centre national des arts plastiques

Illusions / trompe l’oeil

Ombres chinoises

Laisser un commentaire